• +226 70 65 65 00
  • elitescommunication14@yahoo.fr

Facebook: voici ce que devait savoir les Community Manager

Facebook: voici ce que devait savoir les Community Manager

Selon une étude parue en avril 2016, Facebook représente à lui seul 92% de tous les partages sociaux. Ce chiffre a de quoi nous donner le vertige. On peut même se demander si cela vaut le coup de se concentrer sur les autres réseaux sociaux. Après, il ne faut pas oublier que cela dépend de votre public cible.

 




statsLa concurrence est rude, très rude. En effet, une personne qui suit votre page ne pourra pas voir toutes vos publications, car elles entrent en compétition avec celles de milliers d’autres pages. Sans oublier les publications de vos amis et des groupes Facebook auxquels la personne appartient.

Bref, c’est compliqué.

Pour gérer ce problème au mieux, Facebook a développé un algorithme (EdgeRank) pour présenter les publications les plus pertinentes à ses utilisateurs. Du coup, seule une fraction des publications d’une page sera vue par les fans d’une page. Autrement dit, elle a une certaine « portée ». En anglais, on appelle cela le « reach ».

La portée des pages diminue au fil du temps

Sur le web, on peut lire beaucoup d’articles alarmants sur la diminution de ce fameux « reach ». On parle même d’une portée des publications inférieure à 10%. Est-ce que cela signifie que les publications d’une page avec 2500 « J’aime » ne vont atteindre que 250 personnes ? En fait, ça dépend.

Selon le baromètre des pages Facebook, la portée varie selon le nombre de « J’aime » d’une page. En moyenne, la portée est de :

  • 35% pour les pages de moins de 1 000 fans ;
  • 22% pour les pages ayant entre 1 000 et 10 000 fans ;
  • 14% pour les pages ayant entre 10 000 et 50 000 fans ;
  • 11% pour les pages ayant entre 50 000 et 100 000 fans ;
  • 7,5% pour les pages de plus de 100 000 fans.

Retenez bien qu’il s’agit de moyennes. Une page de moins de 1 000 fans peut avoir une portée de 3% et une page de plus de 100 000 peut atteindre les 30%. On voit donc qu’il est possible de tirer son épingle du jeu.

Du fait de la croissance du nombre des publications (peu importe leur provenance), la portée baisse automatiquement. C’est mathématique. Et vous comprenez bien qu’il n’est pas possible de forcer les utilisateurs à regarder obligatoirement vos publications…

Pour aller au-delà et toucher plus de monde, il faudra payer Facebook afin d’obtenir un coup de boost. Enfin pas forcément.

admin

Leave a Comment