• +226 70 65 65 00
  • elitescommunication14@yahoo.fr

Archive de l’étiquette Activistes

L’activiste des réseaux sociaux Naim Touré est en garde à vue





« l’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo, soldat de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) incarcéré à la Maison  d’arrêt et de correction des armées (MACA), aurait été évacué à l’hôpital Blaise Compaoré après s’être blessé en faisant du sport » ecrivait l’activiste des reseaux sociaux Naim Touré sur sa page Facebook le 11 décembre 2016. Une publication qui a valu à Naïm Touré d’être interpellé par la gendarmerie, sur instruction de la Justice militaire.

Trois raisons

La première raison de cette convocation, selon des sources proches du dossier, c’est qu’il « y a une violation claire du secret de l’instruction« .

Ensuite, les informations données par l’activiste seraient fausses. Selon en effet les mêmes sources, corroborées par les confrères du faso.net et de Radio Oméga, Rambo a été soigné à l’hôpital Blaise Compaoré et a réintégré sa cellule. En plus, « les malades à la MACA sont pris en charge par la MACA« .

Le troisième motif  de sa garde à vue, c’est que Naïm Touré aurait affirmé n’avoir rien à dire à la gendarmerie. Pourtant, expliquent nos sources, l’activiste n’est pas un journaliste et n’a donc aucune légitimité pour se prévaloir de la protection des sources. Ce qui le place du coup sous l’infraction du « refus de collaborer« .

Enfin, le quatrième élément qui taraude l’esprit de la justice militaire, c’est «quel intérêt Naïm Touré aurait à dire des contre-vérités sur un ex-RSP ?». Surtout dans un contexte marqué d’insécurité et surtout par des tentatives d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Autant de raisons qui ont conduit à l’interpellation de l’activiste. Une interpellation qui soulève un tollé sur la toile. Les réactions pullulent depuis lors sur Facebook et sur Twitter,  indignées les unes plus les autres, estimant qu’il s’agit là d’une atteinte à la liberté d’expression.