• +226 70 65 65 00
  • elitescommunication14@yahoo.fr

Tag Archives: Facebook

L’activiste des réseaux sociaux Naim Touré est en garde à vue





« l’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo, soldat de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) incarcéré à la Maison  d’arrêt et de correction des armées (MACA), aurait été évacué à l’hôpital Blaise Compaoré après s’être blessé en faisant du sport » ecrivait l’activiste des reseaux sociaux Naim Touré sur sa page Facebook le 11 décembre 2016. Une publication qui a valu à Naïm Touré d’être interpellé par la gendarmerie, sur instruction de la Justice militaire.

Trois raisons

La première raison de cette convocation, selon des sources proches du dossier, c’est qu’il « y a une violation claire du secret de l’instruction« .

Ensuite, les informations données par l’activiste seraient fausses. Selon en effet les mêmes sources, corroborées par les confrères du faso.net et de Radio Oméga, Rambo a été soigné à l’hôpital Blaise Compaoré et a réintégré sa cellule. En plus, « les malades à la MACA sont pris en charge par la MACA« .

Le troisième motif  de sa garde à vue, c’est que Naïm Touré aurait affirmé n’avoir rien à dire à la gendarmerie. Pourtant, expliquent nos sources, l’activiste n’est pas un journaliste et n’a donc aucune légitimité pour se prévaloir de la protection des sources. Ce qui le place du coup sous l’infraction du « refus de collaborer« .

Enfin, le quatrième élément qui taraude l’esprit de la justice militaire, c’est «quel intérêt Naïm Touré aurait à dire des contre-vérités sur un ex-RSP ?». Surtout dans un contexte marqué d’insécurité et surtout par des tentatives d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Autant de raisons qui ont conduit à l’interpellation de l’activiste. Une interpellation qui soulève un tollé sur la toile. Les réactions pullulent depuis lors sur Facebook et sur Twitter,  indignées les unes plus les autres, estimant qu’il s’agit là d’une atteinte à la liberté d’expression.

9 erreurs à éviter pour bien communiquer sur Facebook




Représenter une marque, une entreprise ou même gérer sa présence en ligne est chose importante sur les réseaux sociaux mais communiquer sur Facebook demande beaucoup de manières.

Chacun dit avoir sa propre stratégie quant à la gestion de son image ou de celle qui lui a été confiée.Il y a certaines erreurs subtiles que nous commettons quand il s’agit de communiquer sur Facebook. Nous vous aidons à ne pas vous faire coller la mauvaise étiquette et à communiquer sur Facebook de la meilleure des manières.

Faute 1 : Vous inviter sur le mur de X et faire votre pub

Écrire sur le mur d’un inconnu en y laissant le lien de sa page ou de son activité est une très mauvaise manière de communiquer sur Facebook. Ce genre de publicité ont de plus en plus lieu ou en commentaire sur certaines publications, et bien c’est l’une des choses que vous devez bannir immédiatement si vous le pratiquez. Il est bien de se créer un réseau, de communiquer avec un inconnu c’est le but des réseaux sociaux, mais faire sa publicité sur les pages des autres, c’est une mauvaise approche, rectifiez là.

Passer de murs en murs pour laisser vos liens ou communiquer sur vos évènement, c’est ce qu’on pourrait qualifier d’actes désespérés, vous êtes en route pour une mauvaise réputation.

Faute 2 : Une photo qui ne reflète en rien votre communication

Soi vous parlez vie professionnelle, soi vous parlez vie privée. Associer une photo de vous avec vos amis à la plage sur un profil qui dit que vous êtes CEO d’une organisation que vous voulez crédible, vous convenez avec nous de l’incohérence entre le sujet et la photo que vous postez.

Votre photo parle beaucoup plus vite qu’une longue publication expliquant votre domaine d’activité. Ainsi donc quand nous voyons David Guetta avec une photo de lui sur une platine avec un casque, nous conclurons immédiatement qu’il exerce dans la musique, même s’il est devenu propriétaire d’un club de football entre temps, tant que nous n’aurons pas vu une photo de lui sur son profil avec le staff du club , ou tout autre photo à caractère sportive, nous garderons à l’esprit qu’il est toujours le dj que tout le monde connaît.  Faites attention à vos photos.

Faute 3 : Intervalle très réduit entre la publication des billets de la journée

Publier 3 billets en 5 minutes sur votre page, c’est une mauvaise appréciation des choses. Si vous exercez en tant que Community Manager, on aura l’impression que vous vous débarrassez d’une tâche pénible. Ils serait avantageux pour vous, même si l’emploi du temps du jour prévoit 3 publications, que vous les publiez dans un espace de temps raisonnable.

Faute 4 : Faire de la page Facebook gérée votre carnet d’humeurs

Si vous êtes derrière une page sur Facebook, et bien à partir de ce moment il ne s’agit plus de vous, de votre personnalité, de votre quotidien, mais de ce pourquoi elle a été créée.

Les internautes vous suivent surement parce que vous avez pour sujet un thème bien précis qui leur parle, alors un mélange de ce thème et par exemple régler un différend via le compte en question, c’est perdre votre crédibilité.

Faute 5 : Oublier que le français c’est la grammaire + l’orthographe + la conjugaison

Relire, relire, se faire corriger si possible est la meilleure façon de pallier à des billets pleins de fautes. N’ayez aucun complexe à corriger vos erreurs quand elles vous sont signifiées et faites le dans les temps afin qu’elles ne soient pas vues par un grand nombre de personnes.

Faute 6 : Négliger la mise à jour de son album photos

Les années passent et ce sur quoi vous communiquez aujourd’hui, ces photos que vous avez partagées en 2016, ne seront plus d’actualité dans 10 ans ou même dans 2 ans, pensez à les stocker ailleurs que sur votre profil. Si vous avez opté pour une utilisation à titre professionnel de votre compte Facebook, faites le tri et débarrassez vous de ces photos qui peuvent mettre en doute votre statut de professionnel.

Faute 7 : Etre hors sujet lors d’un débat sur votre page

Le domaine que vous affichez sur les réseaux sociaux demande que vous ayez une maîtrise des débats qui peuvent être lancés à tout moment sur votre page. Vrai que vous y êtes comme un modérateur mais vous devez montrer que vous avez la maîtrise de votre sujet. Si ce n’est pas le cas et que vous n’avez pas encore eu droit à des débats, commencez à apprendre plus de votre sujet.

Faute 8 : Devenir une sorte d’admirateur secret

Si vous êtes pour un contact, celui qui laisse un j’aime systématique en 3 secondes après la publication d’une nouvelle, ou encore celui qui laisse un j’aime à tout et à n’importe quoi aux publications de cette personne X, vous allez passer pour un harceleur. Je ne dis pas qu’il ne faut pas laisser un j’aime quand une publication vous parle, mais il faut le faire avec tact. Abuser devient suspect.

Faute 9 : Vous faire passer pour l’auteur d’une publication

Des personnes en dehors de vous ayant déjà vu une publication ou infographie, photo, post, soit des minutes ou des heures avant que vous la preniez et communiquiez à ce sujet comme étant l’auteur, si cela devient votre habitude, au final aucune de vos publications ne sera prise au sérieux. Il y aura toujours ce doute dans la tête des internautes et ils iront chercher, à coup sûr, la vraie source.

Nous espérons que votre manière de communiquer sur Facebook s’améliora et si faisiez les erreurs indiquées, adopter les méthodes contraires est une solution pour vous. Pensez à noter les changements que vous aurez remarqué dans vos interactions avec les membres de votre communauté ; votre popularité sera certainement grandissante.

marketing

Quel type de contenu est le plus partagé sur les réseaux sociaux ?




Les internautes inscrits sur les réseaux sociaux sont très nombreux (62% des internautes français) mais réaliser un contenu pertinent qu’ils vont partager n’est pas évident.

Ils sont tellement sollicités sur les réseaux sociaux chaque jour par divers contenus que c’est à vous de faire celui qui va les intéresser au point de le partager. Nous vous présentons ici des types de contenus qui ont le plus de chance d’être partagés.

Les infographies, un mélange d’écrits et de visuels

Les infographies sont l’un des types de contenu que vous pouvez créer facilement, les plus partagés socialement. En effet, une infographie regroupe beaucoup d’informations imagées, nous en apprend beaucoup sur un sujet sans nous lasser grâce à toutes les illustrations (images ou autres dessins).

80% des gens retiennent ce qu’ils voient donc un contenu visuel va plus être mémorisé qu’un écrit. Mais une image ou une vidéo peut très bien accompagner un texte et même l’illustrer ou le faire comprendre. Celui-ci sera plus apprécié pour cette illustration et certainement partagé.

Les images pour illustrer

Les images, seules ou accompagnées d’un texte, obtiennent une forte implication sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, les posts accompagnés de photos reçoivent 53% de likes en plus que les posts habituels et sur Twitter les tweets accompagnés d’images obtiennent 150% de Retweets en plus. Ces études de Buffer montrent bien que les images ont un impact énorme sur les partages des réseaux sociaux.

Les vidéos attirent pour leur côté dynamique

La vidéo est un des contenu très partagé sur les réseaux sociaux, surtout si elle touche le côté réactionnaire des humains ; cela peut être une vidéo touchante, énervante ou amusante mais qui fait réagir. Les vidéos augmentent également beaucoup l’implication sur les médias sociaux, étant plus dynamiques, elles ont une meilleure portée organique. Une étude réalisée par Buzzsumo montre que les vidéos génèrent 18,4% d’attraction sociale.

Les contenus écrits ont plusieurs formes

Forcément, lorsque vous faites une publication sur les réseaux sociaux, un message est nécessaire pour accompagner une image, une vidéo, dans une infographie ou seul. Mais ce message doit avoir un impact fort sur vos lecteurs pour être partagé.

La composante émotionnelle est essentielle

Les contenus les plus partagés utilisent au moins un levier de viralité à savoir :

  • le rire
  • la surprise
  • l’humanisme

Ou un levier d’émotions humaines :

  • la beauté
  • l’inspiration
  • la peur
  • l’urgence
  • le choc

Il est absolument déconseillé d’utiliser tous ces leviers mais quelques uns suffisent pour que vos contenus soient appréciés et surtout partagés.

Les publications faisant passer des émotions fonctionnent bien sur les médias sociaux. Pour ce type de contenu, vous pouvez utiliser des citations ou des histoires inspirantes ou encore essayer de créer du contenu comportant une expérience en rapport avec le sujet abordé. S’il y a de l’émotion créée chez le lecteur, en retour il y aura des réactions, des commentaires et du partage.

Buffer a analysé les effets des émotions sur le partage et en a conclu qu’importe le domaine d’activité, les « sentiments positifs » et les « avis positifs » sont connectés par des émotions positives dans le partage de contenus sur les médias sociaux.

Les actualités sont importantes mais à adapter selon la cible

Les articles traitant de l’actualité sont au sommet avec le plus grand nombre de partages sociaux, tous les types de contenus envisagés. Nous avons tous déjà partagé une actualité sur un réseau social alors imaginez si vous reprenez les dernières actualités, à quel point celles-ci vont être partagées.

Pensez toutefois à adaptez vos contenus d’actualité à votre cible. Certes, votre contenu doit être pertinent mais il doit particulièrement créer de l’engagement de la part de votre cible alors diversifiez les thèmes de vos actualités mais toujours en rapport avec les attentes de vos prospects et clients.

Les listes, efficaces et rapides à lire

Certaines études démontrent que le cerveau est fait pour s’adapter aux listes et Buzzsumo le prouve avec son analyse montrant que les listes recevaient 22,45% d’implication sur les réseaux sociaux. Les listes ont l’avantage d’être faciles à créer et sollicitent la curiosité des lecteurs. Comme l’humain s’y adapte facilement, vous êtes davantage susceptible d’obtenir des partages et de créer de l’implication grâce aux listes.

Si vous souhaitez en publiez sur les médias sociaux, créez des listes uniques et attrayantes afin d’améliorer votre implication.

Vous savez maintenant quels types de contenu vous pouvez publier sur les réseaux sociaux afin d’avoir le plus de partages possible. Les infographies, images, vidéos, actualités et listes sont les plus partagés mais n’oubliez pas l’émotion positive, elle compte beaucoup et pousse les internautes à plus partager.

marketing

Chiffres Google – 2016, premier moteur de recherche ans le monde




À l’origine, Google n’était qu’un moteur de recherche, sans doute le meilleur au niveau de la pertinence des liens. Depuis, Google est devenu une filiale d’Alphabet et ses services se sont multipliés : gestion des emails avec Gmail, du calendrier avec Agenda, stockage et édition de documents avec Drive…

Un nombre incalculable d’outils permettant à Google de figurer parmi les toutes premières entreprises du web.

Moteur de recherche

Part de marché Google

  • Monde : 92,9% – Bing à 2,7%, Yahoo! à 2,2%.
  • Europe : 93,0% – Bing à 3,2%, Yandex RU à 1,5%.
  • France : 94,1% – Bing à 3,4%, Yahoo! à 1,8%.

Source : StatCounter (novembre 2016)

Requêtes Google

  • 30 000 milliards de pages sont indexées par Google.
  • 20 milliards de sites sont visitées (crawlées) par Google, chaque jour.
  • 3,3 milliards de requêtes sont effectuées chaque jour (100 milliards par mois).
  • 15% des requêtes sont de nouvelles requêtes (500 millions par jour) !

Source : Business Insider.

Résultats financiers

  • Chiffre d’affaires trimestriel (Q3 2016) : 22,25 milliards de dollars
  • Bénéfice trimestriel (Q3 2016) : 6,78 milliards de dollars
  • Chiffre d’affaires annuel (2015) : 74,5 milliards de dollars
  • Bénéfice annuel (2015) : 23,4 milliards de dollars

Source : Résultats trimestriels d’Alphabet.

Snaptchat prépare son entrée en bourse

La maison mère de la messagerie mobile pourrait débarquer sur le marché au printemps. Cet apport d’argent frais lui donnerait les moyens de rivaliser plus efficacement avec Facebook.

C’est “en toute confidentialité” que Snap Inc., la maison mère de la messagerie mobile Snapchat, a déposé son dossier d’introduction en Bourse, il y a quelques semaines, auprès de la Securities and Exchange Commission, le gendarme des marchés financiers américain, annonce le Wall Street Journal.




La réglementation américaine permet en effet aux entreprises réalisant moins de 1 milliard de chiffre d’affaires d’entamer cette démarche discrètement et de faire ensuite d’éventuels ajustements avant de devoir publier des informations financières.

Snap, qui revendique 150 millions d’utilisateurs quotidiens, mise sur un chiffre d’affaires de 250 à 350 millions de dollars cette année, et de 1 milliard de dollars l’an prochain. Mais si elle séduit de plus en plus d’annonceurs – grâce à la jeunesse de son public –, l’application perd toujours de l’argent, précise le quotidien américain.

L’opération, qui pourrait avoir lieu dès le mois de mars, se ferait sur la base d’une valeur totale de la société comprise entre 20 et 25 milliards de dollars. Ce serait alors la plus grosse introduction en Bourse dans le secteur technologique aux États-Unis, depuis celle du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, en 2014, précise le Wall Street Journal.

La plus grosse menace pour Facebook

“Cette levée de capitaux permettra à la société de financer sa croissance et de rivaliser plus facilement avec Facebook, Google et consorts dans le domaine de la vidéo sociale et de la messagerie mobile”, commente The Verge.

Selon le site américain, Snapchat représente actuellement “la plus grosse menace” pour Facebook – qui l’a d’ailleurs largement copié. “Depuis que le PDG de Snap, Evan Spiegel, a refusé l’offre de rachat de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, il y a trois ans, les deux entreprises se battent farouchement pour conquérir la part de cerveau disponible des jeunes.”

“Avant que le combat devienne trop sanglant, une introduction en Bourse permettrait à Snap de capitaliser sur son succès” actuel. Depuis quelques jours, la société commercialise aux États-Unis des lunettes de soleil équipées d’une caméra miniature, les “Spectacles”. C’est d’ailleurs pour accompagner le lancement de son premier produit électronique que la société s’est rebaptisée Snap, montrant que ses ambitions dépassent largement le champ des photos ou vidéos éphémères et des réseaux sociaux.

Le lancement des Spectacles a été bien accueilli par la presse, ajoute The Verge, mais rien ne dit qu’elles seront un succès. Ainsi, si Snap entrait prochainement en Bourse, “les investisseurs injecteraient leur argent dans une possibilité de réussite et non dans un échec avéré”.

Facebook responsable d’un divorce sur trois aux USA

En 2004, le jeune Mark Zuckerberg crée un annuaire d’étudiants qu’il baptise Facebook. Ce réseau social serait aujourd’hui derrière un divorce sur trois.




C’est ce qu’a révélé une étude menée en 2015 par le cabinet d’avocats britannique Lake Legal qui, en examinant 200 cas de divorces, a découvert que Facebook était cité dans 66 affaires. Le réseau social servirait de preuve aux conjoints trompés. Il favoriserait aussi l’infidélité en permettant à des anciens amants de se retrouver. Cette étude n’est pas la seule du genre. En 2014, l’université de Boston établissait que Facebook était un facteur de délitement du mariage : au Texas, 32 % des utilisateurs du réseau social pensent au divorce contre 16 % des non-utilisateurs. En 2010, une autre étude de l’American Academy of Matrimonial Lawyers rapportait qu’un divorce sur cinq aux États-Unis impliquait Facebook.

Facebook, YouTube, Twitter, WhatsApp… La Turquie bloque l’accès aux réseaux sociaux et applis de messagerie

Twitter, Facebook, WhatsApp ou encore YouTube… L’accès aux réseaux sociaux, ainsi qu’aux applications de messagerie a été fortement perturbé ce vendredi en Turquie, rapporte Turkey Blocks, une organisation spécialisée dans la surveillance de la censure du Web.




Comme il est de coutume en Turquie, les autorités ont jeté leur dévolu sur Twitter, Facebook, WhatsApp ou encore YouTube. Les perturbations ont commencé vendredi dernier et sont montées crescendo durant le week-end, rapporte Turkey Blocks, une organisation spécialisée dans la surveillance de la censure du Web.

Ces mesures faisaient suite à l’arrestation d’une dizaine de députés appartenant au HDP, le parti pro kurde. La technique de blocage utilisée est le throttling. Il s’agit de ralentir l’accès aux sites en limitant la bande passante disponible jusqu’à les rendre inutilisables.

Des blocages réguliers en Turquie

Le Premier ministre Binali Yildirim, cité par L’Express, n’a pas directement confirmé que les autorités étaient à l’origine de ce blocage, mais a reconnu qu’elles pourraient « avoir recours à ce type de mesures pour des raisons de sécurité ». Il a, en outre, indiqué qu’il s’agissait de « mesures temporaires. Une fois que la menace aura été éliminée, tout reviendra à la normale ».

Au gré des événements, le gouvernement turc bloque régulièrement l’accès aux réseaux sociaux dans le pays, ainsi qu’à certains autres sites de manière permanente.

Facebook va autoriser la publication de certaines images jugées choquantes

Après un nouveau cas de censure jugée disproportionnée, avec la suppression d’un dessin montrant la technique de palpation permettant de détecter un éventuel cancer du sein, Facebook a décidé d’autoriser la publication d’images jugées « choquantes », sous certaines conditions.




Le réseau social américain Facebook a indiqué vendredi qu’il allait commencer à autoriser la publication d’images et de contenus potentiellement choquants. Ils devront toutefois présenter un intérêt dans l’actualité.

« Notre intention est d’autoriser davantage d’images et d’histoires sans que cela pose de risques de sécurité, ou que des mineurs ou toute personne ne souhaitant pas l’être soient exposés à des images terribles », ont écrit les vice-présidents de Facebook Joel Kaplan et Justin Osofsky dans un blog.

Le réseau social a plusieurs fois été critiqué pour avoir retiré des contenus jugés choquants alors qu’ils présentaient un intérêt particulier, comme une vidéo de prévention sur le cancer du sein, au sujet de laquelle Facebook a reconnu vendredi avoir fait « une erreur » en la retirant.

Nudité et violence

L’association caritative suédoise Cancerfonden, qui a diffusé cette vidéo expliquant dans un dessin animé, comment détecter les signes de cancer du sein, a trouvé « incompréhensible et étrange que quelqu’un puisse percevoir des informations médicales comme choquantes », a expliqué sa directrice de communication.

Une polémique similaire avait éclaté en septembre lorsque Facebook avait effacé d’une publication de la premier ministre norvégienne Erna Solberg la photographie historique d’une petite Vietnamienne fuyant un bombardement au napalm, au motif que l’enfant était nue.

Facebook interdit à ses 1,7 milliard d’utilisateurs de publier des images de nudité, à l’exception des oeuvres d’art, des images d’allaitement et des contenus pédagogiques. Le réseau social proscrit également toute incitation à la haine ou à la violence.

Six réseaux sociaux utiles pour chercher un emploi

Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Pour favoriser vos chances, utilisez les réseaux sociaux. Des plus classiques, comme Facebook ou Twitter, aux plus spécialisés comme Yupeek ou Wizbii, zoom sur six réseaux qui peuvent vous être utiles dans votre recherche.

LINKEDIN

 

LinkedIn est un réseau très connu dans le monde, ce qui peut faciliter les choses si vous cherchez un stage ou un emploi à  l’étranger. Autre avantage : « LinkedIn Etudes supérieures ». Pour rajeunir l’image du site, une plate-forme dédiée aux étudiants et jeunes diplômés a été créée en 2014. Vous y trouverez de l’aide pour créer un profil attractif, pour tisser votre réseau, pour rechercher de l’information ou des contacts… La chaîne Youtube de LinkedIn regorge aussi de précieux conseils.

 


 

YUPEEK

Comme Wizbii, Yupeek cible les étudiants et les jeunes diplômés. Ici, les trois acteurs principaux sont les jeunes candidats, les écoles et les universités de l’enseignement supérieur et les entreprises. Sur ce réseau, les renseignements du profil sont importants.

Ce sont eux qui vont être analysés et qui permettront à l’algorithme de Yupeek de sélectionner des offres qui correspondent à votre cursus ou des informations en lien avec votre secteur. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à aller sur L’RH de Noé, le blog de Yupeek, où trouverez des articles sur l’actualité du recrutement et du web.


FACEBOOK

 

Nombre de recruteurs vous « googlelisent » avant de vous rencontrer. Ceux qui sont soucieux de ce que l’on peut trouver sur eux sur le Web prendront donc le temps de se créer un « profil pro » sur Facebook avant d’y démarcher de potentiels futurs employeurs. Et pour vous démarquer, n’hésitez pas à « demander en ami » les employeurs qui vous intéressent, taguer les entreprises que vous visez sur vos posts… Le but est qu’ils vous remarquent !

 

 

 



VIADEO

 

Pour être repéré par un potentiel recruteur, n’hésitez pas à renseigner de façon détaillée votre profil. Et la meilleure façon de vous démarquer sur Viadeo est d’être actif sur le réseau : rejoignez les groupes de discussion dans vos domaines de compétences, participez / créez des événements ou bien posez vos questions.

 

 


 

TWITTER

Twitter peut aussi être un outil complémentaire pour vos études ou votre recherche de stage ou d’emploi. Le 19 mai dernier, le réseau social à l’oiseau bleu a organisé une journée européenne de l’emploi. L’occasion pour les candidats de contacter les recruteurs directement avec le hashtag #VotreJob.

Pour que votre recherche sur Twitter soit efficace, organisez votre veille d’information. Pour cela, ciblez un secteur d’activité (hôtellerie, communication…) et suivez l’actualité liée. Avec les mots-clés, retrouvez les comptes intéressants à suivre dans votre domaine et créez ainsi votre réseau. Privilégiez les Twittos de votre région (toujours avec les mots-clés), plus accessibles si vous avez besoin de les rencontrer.


WIZBII

 

Wizbii vise un public particulier : les étudiants, les jeunes diplômés et les entrepreneurs. Outre la recherche de job, de stage ou de contrats d’alternance, le site propose de créer, de participer ou de supporter des projets.

Autres outils qui peuvent être utiles : les annuaires des membres, des entreprises et des offres publiées. Enfin, l’onglet réseau permet d’élargir vos relations professionnelles, que vous soyez ou non en recherche de stage ou d’emploi.

 

 

Facebook: voici le nouveau virus qui fait des dégats

Un virus circule en ce moment sur Facebook et touche énormément de comptes.
Attention: si vous recevez un message privé de vos amis avec un lien qui semble mener vers une vidéo, ne cliquez pas sur le lien. Le lien devrait avoir votre photo, votre nom avec «Vidéo» inscrit à côté, et un lien vers «xic.graphics».



Ce lien redirige vers une fausse vidéo Youtube nommée « xic.graphics » qui contient en réalité un virus de type « cheval de troie ». Ce logiciel en apparence légitime permet à un virus de immiscer dans votre ordinateur et de l’infecter. Selon la RTBF, ce mouchard serait capable de collecter vos informations, vos mots de passes et données bancaires.

Comment supprimer le virus:

Si vous avez téléchargé l’extension, vous devez absolument la désinstaller et la supprimer. L’extension porte le nom «EKO» et vous redirige vers un site intitulé «kutupehegu».
Vous devez visiter l’onglet des extensions de votre navigateur, que ce soit Chrome, Firefox, etc.
Dans Chrome par exemple, visitez l’onglet FENÊTRE puis EXTENSIONS.

Vous allez voir la liste de toutes les extensions installées. Désactivez, puis supprimez Eko.

Changez votre mot de passe Facebook.
Assurez-vous de faire un scan complet de votre ordinateur avec un antivirus comme dernière étape.

Vous ne devriez plus avoir le virus après les étapes ci-dessus.

journaldequebec.com