• +226 70 65 65 00
  • elitescommunication14@yahoo.fr

Tag Archives: Réseaux sociaux

Censure des réseaux sociaux: l’Afrique épinglée




L’ONG américaine Freedom House, vient de rendre publique son rapport menée dans une soixantaine de pays sur les réseaux sociaux. il ressort clairement que les réseaux sociaux sont de plus en plus surveillés partout dans le monde par les autorités, voire censurés.

En tête de ce triste classement: la Chine, la Syrie, l’Iran. L’Afrique n’est pas épargnée. En plus des réseaux classiques, type Facebook ou Twitter, les applications de messagerie sont de plus en plus restreintes. C’est le cas notamment de WhatsApp, messagerie instantanée, gratuite, adoptée par de nombreux Africains.

Les réseaux sociaux sont souvent les uniques alternatives pour s’exprimer et communiquer. Ils sont donc dans le collimateur de certains gouvernements.

les censures des réseaux sociaux n’ont jamais été aussi fréquentes sur le continent Africain. Récemment, Internet a été complètement coupé au Gabon en réponse aux violentes manifestations qui ont suivi la proclamation des résultats de l’élection présidentielle en septembre dernier. Les autorités ont également installé un couvre-feu : la connexion totalement bloquée de 18 heures à 6 heures. Parallèlement, les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou WhatsApp sont restés inaccessibles.

De nombreux pays africains ont utilisé un procédé similaire cette année lors de troubles, de manifestations ou en période électorale : Ouganda, Tchad, République démocratique du Congo (RDC), Congo-Brazzaville ou encore Éthiopie. « Nous avons recensé près de 50 coupures en 2016 contre moins de 20 en 2015 », commente Deji Bryce Olukotun, directeur d’AccesNow, un collectif d’associations de défense des internautes. Avant d’ajouter : « La tendance semble se généraliser. De plus en plus d’Africains ont un accès à Internet et peuvent s’exprimer librement et organiser des événements. Ça effraie les gouvernements. »

Internet: pressions sur les réseaux sociaux et messageries de la part des gouvernants

La liberté sur internet a décliné pour la sixième année consécutive en 2016, un nombre croissant de gouvernements restreignant ou censurant désormais aussi des applications de messagerie en plus des réseaux sociaux, dénonce lundi un rapport de l’organisation Freedom House.




« Des réseaux sociaux populaires comme Facebook et Twitter font l’objet de censure depuis plusieurs années, mais les gouvernements s’en prennent maintenant de plus en plus à des applications de messagerie comme WhatsApp et Telegram », indique Sanja Kelly, directrice de l’étude.
« Les applications de messagerie peuvent répandre des informations rapidement et de manière sécurisée et certains gouvernements trouvent cela menaçant », ajoute-t-elle.
La Chine est classée par le rapport comme le pire pays pour la deuxième année consécutive, suivie par la Syrie et l’Iran. Freedom House critique en particulier une nouvelle législation chinoise qui punit de sept ans de prison la circulation de rumeurs sur les réseaux sociaux, une accusation souvent utilisée conte des activistes politiques.
De manière générale, 34 des 65 pays évalués dans le rapport ont vu la liberté sur internet se détériorer depuis juin 2015. Les déclins les plus notables ont été enregistrés en Ouganda, au Bangladesh, au Cambodge, en Equateur et en Libye, tandis que Freedom House voit des améliorations au Sri Lanka, en Zambie et aux Etats-Unis.
Le rapport estime que 67% des internautes vivent dans des pays qui censurent les critiques du gouvernement, de l’armée ou de la famille régnante.
Les gouvernements de 24 pays ont limité ou bloqué l’accès aux réseaux sociaux et à des outils de communication, contre seulement 15 l’an dernier.
Même certains gouvernements démocratiques visent des applications cryptées considérées comme une menace pour la sécurité nationale. WhatsApp est la plus touchée, avec des restrictions dans 12 pays.
« Bien que le blocage de ces outils affecte tout le monde, il a un effet particulièrement négatif pour les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les communautés marginalisées qui dépendent souvent de ces applications pour contourner la surveillance gouvernementale », commente Sanja Kelly.
Les autorités de 38 pays ont procédé à des arrestations sur la base de publications sur les réseaux sociaux, voire d’un simple partage ou « j’aime » sur Facebook durant l’année écoulée. Cela représente une augmentation de 50% depuis 2013.

  AFP

Retour des réseaux sociaux au Maroc

WhatsApp, Skype, Google et bien plus encore. Ces réseaux sociaux, appelés aussi VOIP (voice over internet protocol providers) ont fait leur retour au Maroc, pour la plus grande joie des internautes du royaume chérifien. Et cela, à la faveur de la COP22.




Six mois plus tôt, ces plateformes d‘échange étaient bloquées par l’agence de régulation des télécommunications, qui les accusait de faire de la concurrence déloyale aux réseaux télécom classiques du royaume, étant donné l’aspect gratuit des VOIP. La Maroc ne compte pas moins de 16 millions d’abonnés à Internet, soit près d’un marocain sur deux.

Depuis le déblocage, les internautes ont l’agréable surprise de constater que leurs applications préférées fonctionnent à nouveau. Hicham, la vingtaine, ne cache pas sa joie de pouvoir à nouveau contacter ses proches à l’étranger : « j’utilise Skype pour parler avec ma famille en France. Eh bien, on était en souffrance. Maintenant, c’est bon ».

Tandis que Selma déplore le freinage de ses activités pendant tous ces six mois de privation : « on a besoin d’avoir des outils de travail, de communication, d’appels, de réunions. C’était vraiment pénalisant. Je pense que beaucoup d’entre nous ont trouvé des solutions alternatives, mais ça frôle l’illégalité et c’est une situation anormale ».

 

Six réseaux sociaux utiles pour chercher un emploi

Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Pour favoriser vos chances, utilisez les réseaux sociaux. Des plus classiques, comme Facebook ou Twitter, aux plus spécialisés comme Yupeek ou Wizbii, zoom sur six réseaux qui peuvent vous être utiles dans votre recherche.

LINKEDIN

 

LinkedIn est un réseau très connu dans le monde, ce qui peut faciliter les choses si vous cherchez un stage ou un emploi à  l’étranger. Autre avantage : « LinkedIn Etudes supérieures ». Pour rajeunir l’image du site, une plate-forme dédiée aux étudiants et jeunes diplômés a été créée en 2014. Vous y trouverez de l’aide pour créer un profil attractif, pour tisser votre réseau, pour rechercher de l’information ou des contacts… La chaîne Youtube de LinkedIn regorge aussi de précieux conseils.

 


 

YUPEEK

Comme Wizbii, Yupeek cible les étudiants et les jeunes diplômés. Ici, les trois acteurs principaux sont les jeunes candidats, les écoles et les universités de l’enseignement supérieur et les entreprises. Sur ce réseau, les renseignements du profil sont importants.

Ce sont eux qui vont être analysés et qui permettront à l’algorithme de Yupeek de sélectionner des offres qui correspondent à votre cursus ou des informations en lien avec votre secteur. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à aller sur L’RH de Noé, le blog de Yupeek, où trouverez des articles sur l’actualité du recrutement et du web.


FACEBOOK

 

Nombre de recruteurs vous « googlelisent » avant de vous rencontrer. Ceux qui sont soucieux de ce que l’on peut trouver sur eux sur le Web prendront donc le temps de se créer un « profil pro » sur Facebook avant d’y démarcher de potentiels futurs employeurs. Et pour vous démarquer, n’hésitez pas à « demander en ami » les employeurs qui vous intéressent, taguer les entreprises que vous visez sur vos posts… Le but est qu’ils vous remarquent !

 

 

 



VIADEO

 

Pour être repéré par un potentiel recruteur, n’hésitez pas à renseigner de façon détaillée votre profil. Et la meilleure façon de vous démarquer sur Viadeo est d’être actif sur le réseau : rejoignez les groupes de discussion dans vos domaines de compétences, participez / créez des événements ou bien posez vos questions.

 

 


 

TWITTER

Twitter peut aussi être un outil complémentaire pour vos études ou votre recherche de stage ou d’emploi. Le 19 mai dernier, le réseau social à l’oiseau bleu a organisé une journée européenne de l’emploi. L’occasion pour les candidats de contacter les recruteurs directement avec le hashtag #VotreJob.

Pour que votre recherche sur Twitter soit efficace, organisez votre veille d’information. Pour cela, ciblez un secteur d’activité (hôtellerie, communication…) et suivez l’actualité liée. Avec les mots-clés, retrouvez les comptes intéressants à suivre dans votre domaine et créez ainsi votre réseau. Privilégiez les Twittos de votre région (toujours avec les mots-clés), plus accessibles si vous avez besoin de les rencontrer.


WIZBII

 

Wizbii vise un public particulier : les étudiants, les jeunes diplômés et les entrepreneurs. Outre la recherche de job, de stage ou de contrats d’alternance, le site propose de créer, de participer ou de supporter des projets.

Autres outils qui peuvent être utiles : les annuaires des membres, des entreprises et des offres publiées. Enfin, l’onglet réseau permet d’élargir vos relations professionnelles, que vous soyez ou non en recherche de stage ou d’emploi.

 

 

Réseaux sociaux: à quelle fréquence faut ‘il publier

C’est La grande question à laquelle chacun espère trouver LA grande réponse ! Pas besoin d’en faire l’éloge, si vous lisez cet article, vous avez probablement déjà conscience de l’importance des réseaux sociaux dans une stratégie marketing ! Mais entre LinkedIn, Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest, Google +, Tumblr, YouTube, avec chacun leurs caractéristiques et contraintes, vous ne savez plus sur quel pied danser ? Voilà donc 4 clés pour construire un planning éditorial efficace

 




1. Ne cherchez pas de règle universelle ou immuable !

Même si je voulais bien vous donner les dix commandements pour réussir votre stratégie réseaux sociaux, je serais un bien mauvais prophète de vous faire croire que mes conseils pourraient résonner à travers les âges ! Comme pour tout ce qui relève du marketing digital ou des réseaux sociaux, il n’y a pas de science exacte, ou de réponse immuable ! Seuls l’expérience et les réajustements permettent de trouver une issue favorable à ce grand dilemme : exister sans lasser sa cible.

Plus encore, malgré les études réalisées sur le sujet, les lignes s’agissant de réseaux sociaux évoluent constamment au rythme des changements d’algorithmes propres à chaque réseau social, hiérarchisant ainsi le contenu et la distribution de l’information.

Vous devez donc être conscient que la fréquence de vos publications sur les réseaux doit évoluer régulièrement et qu’elle ne peut répondre qu’à une règle : celle des attentes de vos cibles.

2. Faites-en une affaire personnelle

Même en vous basant sur ce qui se fait dans votre secteur d’activité, sur ce que font vos concurrents, il est essentiel que votre planning éditorial soit défini en fonction de vos besoins propres. Il doit également être défini en fonction de votre marque, vos produits, vos objectifs et vos capacités à publier.

Si vous ne disposez pas d’un community manager à plein temps qui peut prendre en charge le monitoring des publications, pas la peine de vous fixer des objectifs trop ambitieux.

En fait, que vous cherchiez à développer votre notoriété, à continuer d’exister sur les réseaux sociaux, à promouvoir une offre ou un événement, ou à fidéliser votre audience, la fréquence de vos publications sur les réseaux sociaux ne sera pas la même.

De même, si vous n’avez pas une bonne raison de publier, mieux vaut s’abstenir ! N’oubliez pas que pour générer de l’engagement, vos publications doivent intéresser vos cibles et par conséquent être qualitatives.

3. Votre cible toujours en ligne de mire

Comme toujours, les stratégies marketing les plus efficaces sont tournées vers les comportements et besoins des cibles. Analysez les habitudes de vos cibles : quel(s) jour(s) et à quel moment fréquentent-ils les réseaux sociaux ? Quels sont les réseaux sociaux les plus susceptibles de capter leur attention ? Quels types de contenus peuvent susciter l’engagement ?

Par exemple, Léa, 30 ans, est une jeune maman active. Elle est sensible à la qualité des produits, échange sur Facebook avec d’autres jeunes mamans à travers des groupes, et suit d’autres jeunes mamans sur Instagram à l’affut de nouvelles tendances. Elle travaille et a énormément de choses à faire, mais consulte les réseaux sociaux plusieurs fois par jour sur son smartphone, généralement dans les transports. Elle y consacre toutefois beaucoup plus de temps le week-end.

Prenons l’exemple d’une marque de cosmétiques bio. Dans ce cadre, ses publications remporteraient du succès entre 8h et 9h30, et entre 17h et 19h. Mais elles pourraient même générer une conversion si elles sont faites le week-end, au moment où Léa a le temps de visiter le site de la marque, de comparer les alternatives et de se décider à acheter.

4. S’appuyer sur certains standards des algorithmes

De façon générale, l’idée reste de toucher votre cible au bon moment afin de maximiser l’impact de votre message. Pour cela, une étude réalisée par Over-graph donne des standards pour définir un point de départ à votre stratégie éditoriale.

  • Twitter : sur ce réseau social dont l’instantanéité est le maître mot, un tweet a une durée de vie d’environ 4 heures. Pour exister, publier plusieurs fois par jour est nécessaire pour remporter de l’engagement ;
  • Facebook : grâce à son reach, il permet de rallonger la durée de vie des publications. Celles-ci peuvent apparaître jusqu’à 14 heures après leur publication ;
  • LinkedIn : la durée de vie moyenne d’une publication étant de 12 heures, il est généralement conseillé de publier le tôt le matin ;
  • YouTube : le succès des publications dépend essentiellement du moyen par lequel elles sont promues par les autres réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.

La fréquence de vos publications est un élément stratégique vous permettant de remporter de l’engagement.Cependant, la véritable source de succès pour les publications sur les réseaux sociaux est de proposer uncontenu percutant et qualitatif. Bref, un contenu qui peut devenir viral.

webmarketing-com

5 conseils pour utiliser les images sur les réseaux sociaux

Puissant vecteur d’émotion capable de créer instantanément un lien avec le consommateur et d’induire une action sa part, l’image est un élément de narration incontournable dans la stratégie de communication des marques.





Ce n’est donc pas un hasard si les marques investissent les réseaux classiques où l’image est plébiscitée (Facebook, Twitter, LinkedIn), mais aussi les plateformes spécialisées dans le partage d’images (Pinterest, Instagram) qui d’après une étude comScore représentent 19% du temps passé sur les écrans. Mais pour une efficacité optimale, il convient de respecter quelques règles essentielles que Fotolia by Adobe vous livre ici.

Respecter la vocation de chaque réseau

Tous les réseaux sociaux ne se valent pas et il est essentiel de comprendre les enjeux de chaque canal. Certains comme LinkedIn ont été développés pour répondre aux besoins des entreprises, d’autres, initialement destinés aux particuliers ont été investis par les marques qui y ont vu un important vivier de clients potentiels. Si certains comme Instagram sont propices à la convivialité, d’autres sont destinés à une communication plus « corporate ». Utilisez-donc les réseaux sociaux comme des supports de communication à part entière en développant pour chacun une stratégie propre.

 

Animer sa page

La qualité des publications est primordiale dans l’animation de votre profil. Publier des images dans l’ère du temps, qui collent à l’esthétique iconographique actuelle est un gage de succès. Aussi, selon une étude de Skyword, le nombre total de vues d’un article augmente de 94 % s’il contient un visuel pertinent. Mais la fréquence de publication est tout aussi importante ! Créer un profil sur un réseau social et négliger son animation s’avère contre-productif et dommageable car il n’est rien de pire pour celui qui vient visiter votre profil que de constater une inactivité depuis de longs mois. Une vitrine vide laisse à penser que le magasin est vide… De nombreux outils de programmation existent pour vous faciliter la vie !

 

Choisir la bonne taille

Chaque réseau à ses propres dimensions pour les images. Pourquoi est-il important de respecter ses spécificités ? Tout simplement pour favoriser la réception de votre message. Une image mal dimensionnée risque en effet de mal s’afficher ce qui nuira à la compréhension du message. Aussi, l’un des principaux enjeux des réseaux sociaux étant la viralité, le partage de vos publications par le plus grand nombre se fera d’autant plus facilement que les images seront au format idéal. Une antisèche très utile est disponible sur le site http://makeawebsitehub.com/social-media-image-sizes-cheat-sheet/.

 

Le droit d’auteur existe aussi sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, tout semble être à portée de main. Or, le droit d’auteur s’y applique pleinement. Si les CGU de ces sites autorisent l’utilisation des images publiées dans le cadre du réseau social par le biais du retweet par exemple, l’obligation d’identifier l’auteur de l’œuvre réutilisée est obligatoire quel que soit le contexte. Les mécanismes de « partage » des réseaux sociaux permettent généralement de respecter cette exigence. À défaut de crédit de la source, une action en contrefaçon pourrait être engagée. Pour éviter cela, Fotolia by Adobe propose par exemple le téléchargement d’images avec copyright intégré. Une bonne solution pour ne pas oublier !

Miser sur la vidéo

D’après une étude américaine menée par Ooyala, près de 80% du trafic internet sera constitué de vidéos d’ici à 2020. Aujourd’hui, les vidéos sont déjà incontournables et la niche marketing de la vidéo live est l’une des plus prisées par les marques actuellement. Facebook et Twitter avec Périscope l’ont intégré et Snapchat domine le secteur. Instagram a récemment augmenté la durée maximale des vidéos postées de 15 à 60 secondes et les nouvelles fonctionnalités technologiques comme le 360° et le son 3D supportés par YouTube font de plus en plus parler d’elles.

 

La différence entre les réseaux sociaux et les médias sociaux

S’il y a bien un endroit où il ne faudrait jamais mêler vie privée et vie publique, c’est bien sur les réseaux sociaux, Facebook y régnant en maître. Il est également important de faire la distinction entre les réseaux sociaux et les médias sociaux, ce dernier terme étant souvent utilisé pour désigner les nombreuses fonctionnalités sociales du Web. Cette confusion peut mener à des considérations malencontreuses, et le mieux est donc de bien différencier leurs fonctions respectives.





Les médias sociaux sont destinés à rassembler sous leur coupe une pléiade de sites distincts et leurs fonctions sociales liées au Web. Les blogues et les forums de discussion en font notamment partie. Leur but est de permettre de publier du contenu, que ce soit des photos, des informations textuelles ou autre. Ils permettent aussi la contribution participative à des projets, en créant des interactions plus ou moins réciproques entre internautes.

Les réseaux sociaux ont pour vocation la mise en relation directe entre utilisateurs. Ils ne sont qu’une infime partie des médias sociaux. Par exemple, Facebook, Twitter et LinkedIn sont des réseaux sociaux.

En se basant sur cette optique, mieux vaut ainsi privilégier les réseaux quand il s’agit de mettre une entreprise sur le devant de la scène, l’interaction y étant plus présente. Évitez cependant le piège de n’avoir qu’un seul compte, histoire de bien faire la distinction entre espace privé et professionnel. Vos amis n’ont pas à savoir comment vous gérez votre entreprise, de la même manière que vos relations professionnelles doivent ignorer ce vous faites dans votre vie privée.

JDM